Chênes Glands Résistant au réchauffement climatique
La croissance des chênes grâce à la laine de mouton

La croissance des chênes grâce à la laine de mouton

De nombreuses espèces de chênes sont élevées ici avec de la laine de mouton. La croissance du chêne grâce à la laine de mouton est séduisante. Même Quercus dentata et Quercus suber poussent très bien grâce aux phosphates présents dans la laine.
Actuellement, 32 moutons et chèvres vivent dans notre ferme de charité. Ils assurent le calme dans la vie quotidienne trépidante, paissent dans des prairies de fleurs sauvages et profitent de l’été.
D’autres quadrupèdes ont été tondus aujourd’hui pour qu’ils puissent passer l’année dans de bonnes conditions, car il peut encore faire une chaleur étouffante.

Substrats de sol pour la culture du chêne

Plusieurs chênes rempotés, Quercus pyrenaica, Quercus suber, Quercus frainetto, Quercus macrocarpa, Quercus acerifolia, Quercus dentata, tous bénéficient de la croissance des chênes par la laine de mouton. Si elles sont grandes, elles devraient aider à refroidir la planète.
Il y a beaucoup d’expérimentation sur les substrats de sol. Sol sablonneux, sol argileux, substrat calcaire, laine de mouton (maintient l’humidité) et fournit des phosphates, de la poudre de café (rend le sol acide) et du fumier de cheval bien entreposé.
Parfois aussi du fumier de poule, de canard, de porc, etc.
C’est tellement intéressant de voir comment on peut influencer la croissance d’espèces de chênes rares. Une science en soi. Un jour, j’écrirai un livre sur le sujet. Le fait d’avoir ce hobby est une source d’inspiration (dans tous les sens du terme). On s’occupe des choses essentielles de l’existence. Comment la vie peut-elle s’épanouir, comment les arbres deviennent-ils grands, que peut-on faire pour que les espèces de chênes rares soient également favorisées. Je suis toujours très heureux de voir des plants grandir un peu après un an.
Et l’on regarde avec curiosité depuis les paniers de bâtonnets. Ces derniers sont devenus très encombrants 🙂

Pour ceux qui souhaitent acheter des chênes : https://quercus.guru/shop/.

Les substrats de terre sont disponibles gratuitement sur demande.

Glands Non classifié(e) Résistant au réchauffement climatique
16.06.2024 : espèces de chênes mexicains

Espèces de chênes mexicains

Le travail dans la station d’élevage de chênes est tout à fait merveilleux. C’est un privilège absolu de « travailler » avec des espèces de chênes qui sont parfois devenues très rares et qui n’existent parfois plus que dans de petites zones.
dans le monde. Heureusement, il y a de nombreux collectionneurs dans le monde entier, et les recettes nous permettent de financer une partie de nos actions de protection des animaux et des espèces.
Sur les photos, on voit bien de nombreuses espèces de chênes mexicains. Les feuilles ont un aspect très différent de celui auquel les chênes nous ont habitués, mais ce sont tout de même des spécimens de Quercus. A voir ici par exemple : Quercus depressa, Quercus jolonensis (USA), Quercus hypoxantha, Quercus douglasii (USA), Quercus hypoleucoides, Quercus aff. miqhuihuanensis, Quercus sinuata var breviloba.

Société animale

Lorsque l’on travaille dans une station d’élevage de chênes, on a toujours beaucoup de compagnie. Les cigognes cliquettent et bourdonnent, il ne faudra pas longtemps avant que les deux jeunes cigognes ne s’envolent.
Juste à côté de la station de chênes se trouve notre infirmerie pour nos volailles. Nous y avons actuellement installé quelques canards et poules (ainsi que leurs maris/femmes) en raison de diverses attaques de renards. Certains étaient gravement blessés et sont traités 2 à 3 fois par jour.
Ils se rétablissent lentement et survivront heureusement aux attaques de renards.
Les canards, en particulier, sont des animaux très sociaux (comme les oies),
dont leurs partenaires ont besoin au quotidien, c’est pourquoi ils sont traités ici en association. Les deux canetons qu’un canard sauvage a fait éclore sont très amusants (et heureusement non blessés).
L’un des canards semble être un hybride de canard nain et de canard sauvage. Les deux minuscules font tout ensemble et m’ont beaucoup amusé lors du traitement des chênes aujourd’hui 🙂

Malheureusement, les renards ont sorti divers animaux de la forêt (elle regorge de terriers de renards). Malheureusement, cela fait partie du processus. Il est impossible de clôturer entièrement les 4 hectares de l’enclos de grâce à l’abri des renards et les chiots ont aussi faim.
A côté de l’infirmerie (clôturée hermétiquement) et de la station de chênes se trouvent quelques prairies fleuries que nous avons créées. La marguerite des prés est actuellement en fleur, le millepertuis, la flouve des prés, le labrador des prés.
Dans le cadre d’un fauchage échelonné, des moutons et des chèvres paissent sur des surfaces séparées. Après la fauche, ils se déplacent vers d’autres sous-parcelles. Sur les griffes et dans la fourrure : des graines. De cette manière, ils ont joué au taxi pour la biodiversité.
Et cela aussi détend délicieusement et atténue les tracas quotidiens du « travail normal » au bureau.

Promouvoir la diversité

D’accord, les espèces de chênes mexicains ne sont pas nécessairement utiles à la faune locale, et pourtant, il est logique de conserver, de soigner et d’entretenir ces espèces également. Tout comme de nombreuses autres espèces de chênes du monde entier.

Quercus greggii
Quercus greggii
Glands Résistant au réchauffement climatique
15.6.2024 : Notre petite pépinière de chênes

Les semences restantes après l’hiver ont été cultivées dans notre petite station de culture (pépinière de chênes) dans des conditions de sol totalement différentes.
On travaille en partie avec du gravier calcaire, en partie avec de l’humus de vers vieux d’un an, avec du crottin de cheval déposé depuis très longtemps, avec des restes de café (pour un sol acide).

Le résultat est plutôt bon, même si tout n’a certainement pas fonctionné (nous apprenons chaque année).
Les plants sont également vendus en petites quantités sur demande à info@umweltschutz-und-lebenshilfe.de. La croissance n’est cependant pas garantie, car l’été est considéré comme une période sous-optimale pour la croissance des plantes.
Il est temps de déplacer les jeunes plants de chêne (sauf si : Le transplanteur/la transplanteuse prend constamment soin de l’arbre (arrosage, ombrage, conditions de sol et de vie optimales).
Cependant, au cours des 2 ou 3 premières années, ce n’est pas toujours facile. Pour les espèces de chênes, le printemps (jusqu’à mi-avril) ou l’automne (jusqu’à début novembre) sont les périodes optimales pour le rempotage.
Pour les espèces à feuillage persistant provenant de régions (presque) tropicales, la situation est évidemment différente.

Certaines pousses de la pépinière de chênes (y compris de certaines espèces très rares, notamment du Mexique) ne mesurent actuellement que 2 à 3 centimètres de haut.
Une astuce secrète : après l’arrivée des plants par la poste, coupez les minuscules racines fines de quelques millimètres à l’aide d’un scalpel ou de ciseaux très aiguisés. Cette astuce a été utilisée avec succès ici.

Sur demande, des photos des différentes espèces peuvent être envoyées au préalable.
Lors du transport, de petites quantités de substrats sont également envoyées gratuitement pour les 2 premières années.
De petites quantités sont actuellement distribuées par :
Quercus douglasii, Quercus dentata, ….crassipes, hypoxantha, depressa, greggi, hypoleucoides, aff. miqhuihuanensis, sinuata var breviloba, hirtifolia, saltillensis,
heterophilla, ellipsoidalis, faginea, ithaburensis, cerris, jolonensis, wutaishanica, lobata, dentata, cerris, suber….

Les petites pousses sont vendues à des prix allant de 2 à 8 euros par plant (en fonction de l’espèce, de la gravité de l’élevage, de la gravité de la découverte, de l’importation, etc.)

Actuellement, il est également temps d’organiser de nouvelles semences. Une tâche herculéenne, mais aussi très amusante.
Nous sommes en train de nous casser les dents pour organiser, par exemple, des espèces de chênes rares d’Arménie, ainsi qu’une espèce régionale de Majorque et plusieurs espèces d’Asie. Les réglementations douanières, en particulier, sont parfois une horreur.
Beaucoup de temps est actuellement consacré à l’organisation de bonnes semences propres de Quercus tomentella et de Quercus pontica. Il arrive que l’on trouve, via Facebook & Co, des collectionneurs privés qui, moyennant rémunération, se mettent en quête en automne.

Ci-dessous, de nombreuses images. Certaines feuilles de chêne portent des traces de fientes de cigogne. 2 jeunes cigognes dans le nid au-dessus de la petite pépinière ont réussi et s’envoleront dans les prochains jours vers ce que nous espérons être une longue vie 🙂

Voir à ce sujet

Acheter des glands à l’international

Acheter des glands à l’international. Chênes spéciaux, glands et autres graines pour les collectionneurs et les passionnés de plantes. De nombreuses espèces résistantes au réchauffement climatique. Beaucoup d’arbres climatiques. Par exemple, des graines de platanes, de pins, de cyprès, etc…
https://quercus.guru/

Autres arbres (sauf chênes) Climat urbain approprié Glands Résistant au réchauffement climatique
6.4.2024 : élevage d’autres arbres climatiques

Beaucoup de tourbillons dans le « jardin de la protection climatique ». Ici, on fait pousser des arbres à partir de semences. Acheter des glands à l’international. Des chênes particuliers, des glands et d’autres semences pour les collectionneurs et les passionnés de plantes. De nombreuses espèces résistantes au réchauffement climatique. Beaucoup d’arbres climatiques. Par exemple, des semences de platanes, de pins, de cyprès et plus encore..https://quercus.guru/.

En ce moment, c’est la mi-saison, les ventes ne reprendront qu’en automne. Aujourd’hui, par exemple, Castanea Sativa (châtaignier), chênes-lièges (Quercus suber) et chênes sessiles sont plantés. C’est très amusant et les espèces survivront à 1,5 degré.

Autres arbres (sauf chênes) Climat urbain approprié Résistant au réchauffement climatique
3.2.2024 : Cedrus libani (cèdre du Liban)

Le Cedrus Libani (cèdre du Liban) est hautement résistant au réchauffement climatique. Il peut vivre plus de 1000 ans et mesurer jusqu’à 50 mètres de haut.

Le cèdre du Liban pousse le long de la côte méditerranéenne, au Liban et dans certaines parties de l’Anatolie. En Europe, on lui prédit un avenir doré en raison du réchauffement climatique.

Boutique : https://quercus.guru/produkt/cedrus-libani/

Autres arbres (sauf chênes) Résistant au réchauffement climatique
29.1.24 : Pinus bungeana (pin du temple)

Le Pinus bungeana (pin des temples) est originaire de Chine ou de Corée.

Il pousse comme un arbre à feuilles persistantes et atteint des hauteurs allant jusqu’à 25 mètres. Le tronc peut avoir un diamètre allant jusqu’à 3 mètres. Le Pinus bungeana aime les roches calcaires mais aussi les sols acides. Elle pousse souvent dans les montagnes.

Dans la boutique : https://quercus.guru/produkt/pinus-bungeana/

Glands Résistant au réchauffement climatique
Quercus lobata (Chêne blanc de Californie)

Quercus lobata (chêne blanc de Californie) est un arbre à feuilles caduques qui atteint des hauteurs de 35 mètres. Les feuilles mesurent jusqu’à 10 cm. Les glands sont allongés et de couleur brun clair.

Pour en savoir plus : https://de.wikipedia.org/wiki/Kalifornische_Wei%C3%9F-Eiche

Boutique : https://quercus.guru/produkt/quercus-lobata/

X